La réadaptation : nos méthodes

 

Notre travail consiste à aider le malade à être actif. Au début de sa maladie il ne sait strictement rien de l’étendue de son propre rôle pour combattre ses peurs, améliorer son état physique, transformer sa psychologie, lutter contre l’évolution de sa maladie, apaiser son entourage et prévenir la maladie chez ses enfants.

La réadaptation à l’effort physique que nous proposons comprend diverses activités dont le principe essentiel est une pratique surveillée, progressive et adaptée à chacun des patients.

Nous souhaitons aider chacun de nos patients à découvrir et à gérer ses capacités à l’effort afin que dès leur retour à domicile ils puissent reprendre une vie normale.

En vue d’assurer une progression optimale, chaque patient est intégré à un groupe de niveau auquel correspond un emploi du temps particulier.

Chacun pratique, dans son groupe et à sa mesure, les activités de base.

 

La bicyclette ergonomique

Vélo ergométrique

Sous la surveillance de professionnels soignants, en présence de cardiologues, huit postes de réentrainement avec visualisation permanente de l’électrocardiogramme, permettent aux patients chaque jour de réadapter leur organisme à l’activité physique.

Nous proposerons aussi la réalisation D’EPREUVES D’EFFORT SUR BICYCLETTE. L’intérêt de ce test dans l’évaluation du comportement cardiaque à l’effort, de l’aptitude physique n’est plus à démontrer. C’est l’examen de référence dans notre établissement. La surveillance au cours de ces tests est très rigoureuse afin d’en limiter les risques.

Les médecins cardiologues ont la possibilité d’affiner leur diagnostic cardiologique par la réalisation d’une épreuve d’effort sur bicyclette avec mesure de la consommation d’oxygène par le corps durant l’effort.

 

La gymnastique

Les séances quotidiennes réalisées sous la direction de personnes formées, outre leurs bienfaits moteurs, sont l’occasion de rencontres supplémentaires qui permettent de voir comment vont les patients, en particulier au début du séjour.

C’est le lieu privilégié dans cette vaste perspective pour :

  • développer les diverses capacités motrices (tonicité musculaire, endurance, coordination) dans le but d’être plus à l’aise dans les activités professionnelles, sportives, récréatives de la vie courante,
  • découvrir et améliorer la fonction respiratoire,
  • améliorer l’équilibre et l’ajustement postural.

Ces séances de gymnastique sont suivies de séances de relaxation.

 

La marche

Marche
Réalisée quotidiennement sur des circuits calibrés au abord du centre.
Activité encadrée par une aide soignante, ou une infirmière, ou un kinésithérapeute, ou un cardiologue.

La marche se fait à allure libre permettant à chacun de gérer au mieux l’effort découvrant à la fois ses possibilités physiques et ses limites.
A la fin de chaque marche, un programme d’étirements musculaires est proposé.

 

La kinésithérapie

Elle a pour but de prévenir et de combattre les complications post opératoires et de reprise d’activités afin que les patients retrouvent au plus vite leur autonomie

Les kinésithérapeutes prennent en charge les problèmes algiques, respiratoires, articulaires et musculaires pour réaliser la réadaptation de chaque patient dans les meilleures conditions.

 

Le repos

Il est une « occupation » importante car il ne faut pas perdre de vue que l’aventure cardiaque est physiquement et moralement une épreuve qu’il faut, si l’on peut dire, « digérer ».

Il est le complément indispensable aux diverses activités physiques dont il permet à la fois le plein effet et la récupération. Il ménage, enfin, des temps tout à fait propices à la réflexion, la lecture, l’écoute de musique, la simple rêverie, moments qu’il faudra apprendre à vivre après un accident cardiaque.

 

L’éducation thérapeutique et l’information

La maladie cardiaque est cause d’une grande anxiété et l’information le seul moyen de l’apaiser.

Elle est aussi la seule maladie sur laquelle le patient peut agir de façon très active par le biais de la lutte contre les facteurs de risque (tabac, diabète, surpoids, stress).

Soucieux d’informer les patients, et de les associer aux actions mises en œuvre, l’établissement développe des programmes d’éducation thérapeutiques :

  • patients diabétiques ;
  • patients en surcharge pondérale ;